Relevé sur le site dédié à l'artiste :

Jean Linard était un homme passionné , un homme inspiré. Il se levait chaque matin avec des projets plein la tête. Il avait "une puissance de travail" impressionnante; il aimait passionnément ce qu'il faisait, et quand les gens lui disaient « Quel travail ! Quel courage ! », il répondait : « Mais non ! Je ne travaille pas et je n’ai aucun courage. Je m’amuse. Je m’amuse tout le temps. Les gens courageux sont ceux qui vont à l’usine ».
Quand il avait une idée, que ce soit pour faire un chat, un ange ou pour construire quelque chose de nouveau, il n’avait aucun doute, aucune hésitation. Il se mettait à l’ouvrage immédiatement et rien ne pouvait l’arrêter.
On aurait dit alors que l’univers tout entier se mobilisait à ses côtés afin qu’il puisse réaliser ce qu’il avait en tête, quel qu'en soit le caractère .

la Cathédrale de Jean Linard est un remarquable exemple d’art singulier in situ, présentant un indéniable intérêt esthétique et historique ("C'est une oeuvre de l'esprit....c'est tout à fait extraordinaire" F.Mitterand le 12 Mars 2012), d’où la nécessité de le considérer comme appartenant au patrimoine commun et de le protéger au même titre qu’un château du XVème siècle.

Composé d’une grande maison vernaculaire et d’un jardin de sculptures monumentales, cet environnement est une "œuvre d’art totale" où l’architecture, la sculpture, la céramique, la mosaïque et l’art environnemental sont explorés simultanément. Demeure de l’artiste au sein de laquelle Jean Linard a passé la plus grande partie de sa vie , c'est un objet d’intérêt culturel et historique empreint de poésie. Bâtie en utilisant des matériaux de récupération glanés localement, en harmonie avec la nature environnante, cette œuvre relève de l’architecture durable et respectueuse de l’environnement.

Dès 1975 , Jean Linard parlait déjà de son projet de bâtir une chapelle, qui devint très vite une église puis une cathédrale. Au départ Jean voulait réaliser son projet avec tous ceux et celles qui le souhaiteraient sur un terrain dénommé « L’Orme aux loups ». A cet effet, en 1978, une réunion eut lieu à Sancerre avec le conseil municipal.
Son idée était de mener un projet collectif, et il faisait souvent allusion à une phrase de Saint-Exupéry disant que faire travailler les hommes ensemble, c’est en faire des frères.
Mais après deux ou trois réunions avec des personnes lui proposant leurs maquettes ou dessins de la future cathédrale, il se rendit compte de sa difficulté à travailler en équipe et réalisa qu'il voulait construire une cathédrale à son idée !!  Il renonça donc à l’idée d’une œuvre collective et décida de bâtir « sa cathédrale » en totale autonomie sur le terrain longeant son atelier.

En riant, il disait : « Au fond, ce que je voulais, c’étaient des esclaves ».
Commencée en 1983 et continuée jusqu’en 2010, « la Cathédrale »,  est le grand  œuvre, le rêve réalisé de Jean Linard.
Il en disait : « Je ne sais pas pourquoi je fais ça....C’est une force qui me pousse , et juste , j’exécute ».

En parlant de la Cathédrale il disait aussi : « C’est ma façon à moi d’écrire ma foi avec des matériaux que je connais».

Au début de la construction, il fabriquait les carreaux , les émaillait , les cuisait puis les cassait pour faire de la mosaïque. Mais très vite , il prit l'habitude d'aller à Briare dans le département du Loiret , dans la manufacture française où sont fabriqués les fameux "émaux de Briare" ; Il y ramassait les carreaux considérés comme ratés , puis plus tard achetait à un prix modique des cartons de ces mêmes émaux considérés comme ayant des défauts.

Chantal m'en avait souvent parlé mais nous n'y étions jamais allées ensemble. C'est donc chose faite. La météo très maussade ne nous a sans doute pas permis de faire une visite sous les meilleurs auspices mais comme il y a une foule de détails à voir j'y retournerai !

P1060279 la vue en arrivant : déjà on se dit que ce n'est pas commun !

P1060280 l'expo à l'intérieur de la maison

P1060281

P1060282 la cour intérieure

 

 

P1060283 le petit bassin

P1060284 tous les toits sont ornés de ce genre de sculptures

P1060285

P1060286

P1060287 le grand bassin : s'il était rempli avec l'eau du puit : fraicheur garantie

P1060288 le chemin pavé des anciens pavés de Bourges qui mène à la cathédrale

P1060289

P1060290 philosophe en + d'être artiste

P1060291

P1060292 le chemin de croix est caché derrière la vigne

P1060293 encore des sculptures de toit

P1060294 la cathédrale qui a le  ciel pour toit

P1060295

P1060296

 

P1060297 les gradins

P1060299 une vue depuis le sentier qui fait le tour du site et permet de surplomber le monument.

Un autre post suivra avec d'autres photos que va m'envoyer Chantal ; mon APN n'avait plus de batterie !